ORBEY

Discussions au fil de l'eau sur la 520
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 23 déc. 2016 à 07:53
La ''Méga Astuce'', toujours......
Logiquement, elle devrait découler de l'énigme 500 (Mais par le Méga, c'est un million de fois moins), mais, est-ce bien sûr ?
Je vois 3 multiplicateurs possibles :
_ Ce lui ci-dessus, x 1000000.
_ Celui du Grand Faudé où D = X pour donner FAUX. Soit 500 = 10 romains. X 50.
_ Celui du propre pseudo de l'auteur où Ma(X Valent I)n = 10 pour 1. Soit x10.
Multiplier par 10, par 50 ou par 1000000, il faut choisir l'échelle .......

En outre, le fait que le 3 (ex Est de la boussole 780) soit un 2 peut être considéré comme une astuce majeure.
Macon + Le Mans + 3(Troyes) + Paris = Le Compas Ment Si 3.
Ce serait la raison du décalage d'un rang des codes alphanumériques de M.V.. 2 +3.

De plus, utiliser le mot MAR espagnol pour nommer la MER invite à traduire le Soleil par SOL.
SOLFÉRINO, s'entend aussi bien ''une épée dans une boule'' que ''Soleil Fer en cercle''.
Et je ne vois qu'un site possédant un cercle métallique (Car fait de rails), le socle de la croix qui domine la Tête des Faux. Des rayons de fer pour le Sol-eil.
Ce serait alors la GA(m)ME astuce.

A moins que cette super astuce ne soit de se servir des 3 MERS de Gérardmer, Longemer et Retournemer pour masquer les 2 lacs Blanc et Noir qui sont cependant dans l'axe Bourges/Gérardmer de la spirale des 10 villes.
Je préfère 2 = 3 plutôt que 3 = 4. En effet, bien qu'il y ait 4 sentinelles et non pas 3 (pylône central alimenté par l'usine E.D.F. du Lac Noir au centre du triangle des 3 pylônes à ''8000 mesure au ponant d'Orbey''), j'estime que le manche de la pelle 650, repéré 1, corrige ce défaut.

En conséquence, il me semble que la structure qui domine le visuel 520 représente la grande croix (''dernier supplice'') de la Tête des Faux et que l'arc-en-ciel du visuel B dessine la courbe de 7 FAULX.
La tombe de la chouette devrait donc se situer entre cette croix et la Vierge du rocher du Hans.
Distance ≈ 3,9 Km.

Il n'en demeure pas moins que l'axe venant de Bourges traverse le Gand Valtin. On peut ne voir là qu'une innocente coïncidence, mais si on traduit Max par Grand, il n'empêche que ce nom vient de Saint Veltin, Valentin alsacien ou allemand.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 24 déc. 2016 à 09:08
Pourquoi avoir comparé 2 lacs vosgiens à des mers (MAR) intérieures ?
En raison du phénomène des marées.
Interpréter ''Le bon sens, c'est le sens du contresens'' (Titre 580) par Va-et-Vient, avec la connotation d'un circuit électrique, permet d'avancer une hypothèse à propos des 4 tirets blancs horizontaux du visuel B.
Sur le socle de la statue, les 2 traits parallèles seraient des niveaux, Bas et Hauts. Dessus et Dessous.
Le trait devant la Vierge se déplacerait verticalement.
Ce mouvement serait pilotés par les 2 triangles blancs.
Ce flux Aller/Retour étant limité par les 2 repères du piédestal.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 01 janv. 2017 à 11:35
Parfois, les choses les plus simples.........
Devait la statue B, le trait sur le sol n'est qu'une RAIE. Sillon creusé par le petit triangle blanc supérieur.
L'autre pointe blanche transforme ce mot en AIRE.
''La terre s'ouvre'' signifie simplement qu'une RAIE est tracée sur le SOL.
Le tout se traduit par SOLAIRE.
Qui, bien sûr, finalise en ROSALIE.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 02 janv. 2017 à 08:20
Tous les torrents pyrénéens, gaves et nestes, sont des affluents de l'Adour qui se jette dans la mer (''cantabrique'', A El Mar) à BAYONNE.
Le gave de Pau descend de la Brèche de Roland, à Gavarnie, et traverse ainsi 2 cités, Luz-St-Sauveur et Bayonne.
Le titre 600, ''Quand Al-Mar s'allie à la fibule de Préneste'' s'adresse principalement au visuel 470.
L'article AL est inversé pour donner le code départemental du Cantal, 15, qui est le code alphanumérique de la lettre O.
Lettre qui corrige Fibule en FIT BOULE.
La boule de glace (donc translucide) en 470 a ainsi au moins 3 significations (''Sens, bon sens et contresens'', 580) :
_ La chapelle de Solférino à Luz-St-Sauveur qui guide vers l'ORBE d'Orbey.
_ La ville de Bayonne.
_ Un cercle O.

''Les ténèbres resplendissent'' de 2 façons différentes car LUZ = la Lumière et Bayonne sert à composer le mot BAYONNETTE, avec la boule de verre devenue AMPOULE À BAÏONNETTE.

De même, sur le visuel 600, le POUCE pousse le O de l'anneau de la clef au penne à 4 dents.
Il peut se traduire par ''COUPE EN 4 LE CERCLE ''.
Là, la ''boule de verre'' serait celle de la boussole 780.
La division par 4 = 195.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 14 janv. 2017 à 06:55
Visuel B. La pluie qui tombe verticalement de l'extrémité de l'arc-en-ciel crée une flaque blanche dans le dos de la statue. Cette EAU est représentée par un tiret blanc.
Le socle de cette statue porte 2 tirets blancs qui dessinent le signe = qui sert à égaliser le tiret dorsal et celui qui se trouve devant la statue. EAU = EAU.
Pas tout à fait car le petit triangle blanc qui domine ce dernier en écrivant un V, contrarie le reflet parfait.
EAU = EAV.
Cette modification est confirmée par le ''tout'' de la charade 530 où le cardinal SUD est écrit SVD.
''La Vérité n'est affaire de'' lettre V dans le mot Vérité, mais de U.
Le tiret blanc facial se traduirait donc par AVE.
Ce qui permettrait d'affirmer que la statue est bien la Vierge Marie, conventionnellement saluée d'un AVE MARIA.
De plus le mot SALUT peut être l'anagramme de TALUS.
Comme cette énigme B est la 1ère de la chasse, M.V. Saluerait du même coup le chercheur débutant. Avertissant ce dernier de l'important des lettres/chiffres romains et d'un éventuel résultat latin.
Coïncidence plaisante : VALENTIN → V EN LATIN !
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 22 janv. 2017 à 08:44
Tant que la solution définitive de cette chasse n'est pas publiée, toutes les extrapolations sont permises. Profitons-en ….....

L'arc-en-ciel B a la forme d'une pointe allant de la couleur blanche, à droite, au noir, à gauche.
Mais, cette flèche est incomplète, il lui manque ses 2 extrémités.
Son nom aussi. C'est un mot-valise sans ses ''limites''.
AR/C EN C/IEL. Soit C EN C.
Du C blanc au C noir.
Musicalement, du Do au Do.
En quelque sorte du Do mineur au Do majeur, ancien Ut.
L'assemblage ''C en C'' peut se traduire par 100 en 100 romains, mais je préfère le lire DoUt et l'entendre ''DOUTE'' (520).
La statue de la Vierge est elle-même bicolore, sa face est dans la lumière blanche, son dos dans l'obscurité. Orientée Nord/Sud comme les aiguilles noire et blanche de la boussole, elle regarde donc vers le Nord.
De plus les cordes alphanumériques de ses cardinaux, S + N = 1914.
Les 2 tirets blancs du socle de la statue tracent le signe =, tout en invitant à appairer les énigmes et à obtenir le rang de celles-ci dans la progression.
Les 2 C de ''C-en-C'' tombe au sol dans le dos de la Vierge.
Ils égalent alors le tiret blanc au pied de celle-ci.
Tiret qui est à son tour modifier par l'insertion d'un V blanc pour finaliser en CVC
Soit, 195 (le ¼ de 780) romain est au Nord de cette statue, sur le sol.

Max Valentin n'est pas au-dessus de toutes critiques. Ses jeux sont parfois imparfaits.
Sur le visuel 530, par exemple.
Les prolongements du bec du coq pointent Cherbourg en haut et Roncevaux en bas, alors que l'œil de l'animal trace un O, un cercle, un ROND.
Tout cela pour démarrer à Bourges, centre de la carte de France.
Le Bourg dans le Département du Cher est bien la ville de Bourges.
Mais il faut pour cela interpréter phonétiquement RONCEVAUX = VAUT CE ROND.

Dans les anagrammes imparfaites (phonétiques), l' ARC-EN-CIEL offre de nombreux angles d'attaque, outre les chronogrammes comme CCIL.
Par exemple QUART EN LICE.
Si M.V. A découpé un nom pour obtenir 2 anagrammes, on peut dire que sa méthode est franchement contestable.
Exemple : Si, comme je le crois, la seule vraie ''Ouverture'' est la Brèche de Roland, celle qui permet de trouver ''La Lumière'' Luz-St-Sauveur et sa chapelle de Solférino, et que le jalon utilisé est le pic du MARBORÉ (visuel 470) tronçonné en ARME + ORBE, le fait de l'absence d'un E entache le résultat. Bien que le tout soit phonétiquement correct.
Déjà, faire évoluer la FIBULE en FIT BOULE a de quoi faire bondir le puriste.....

Toujours en quête de la ''Vérité'', on remarque l'importance des couleurs de l'arc-en-ciel sur les chouettes en icône. Celle de l'énigme 530 est VERTE. C.à.d., qu'elle vaut le mot VÉRITÉ sans I.
La raison du décalage d'un rang des codes alphanumériques adoptés par M.V. peut s'expliquer par cette nécessité de retiré une unité, ou la valeur I de son chiffre romain, dans la nom de MARIE qui doit évoluer en ARME.
De la même façon que l'inversion du cardinal E de la boussole qui donne un 3 apparent n'est qu'un 2 réel.
On peut dire que la ''MÉGA ASTUCE'' n'est qu'une feinte du mot IMAGE. Une astuce visuelle qui retire un I à MAGIE.

L'énigme 600 semble contenir la clef de cette chasse. Son POUCE COUPE le O de l'anneau de la clef. Or 600 = DC latins. C.à.d., le partage d'une lettre O en 2 hémisphères C + D. Le mot COD en quelque sorte.
Cette date blanche qui serait gravée devant la statue.

Dans le cas où l'arc-en-ciel n'aurait que pour but de diriger sur les voyelles de Rimbaud (rainbow), et si la''Vérité'' est bien VERTE, le U serait mis en exergue.
Cette lettre U qui domine la clef de Sol 500. Et donc le code alphanumérique est 21.
''Devin'' entendu De Vingt coderait quant à lui la lettre T.
L'importance du mot ÉTERNITÉ est incontestable. Seul nom en majuscules de la charade 530.
Ses ''limites'' sont EE ou ETTE.
Parmi les 5 anagrammes parfaites, RETEINTE entendue ''change de couleur'' retient l'attention car elle débouche sur des substitutions.
ROUGE étant dans le nom de BOURGES et VERT dans le mot VÉRITÉ, changer de couleur revient à remplacer une lettre par une autre.
2 cas sont possibles suivant que l'on choisisse l'hypothèse Rimbaud où I → U ou que l'on respecte l'arc-en-ciel classique où B , 1, Rouge, 1ère couleur du spectre permute avec la 4ème, le Vert. B → E (Dans les codes alphanumériques décalés de M.V.).

Le visuel 420 utilise les 4 o des symboles des 4 planètes Neptune, Uranus et Mars, Vénus, ♂ ♀ inversé.
Ψo = Psi O = Si P de Neptune est un O.
Le couple N + Compas associe O et N.
Ψ NEPTUNE H URANUS = (O+N)E(P/O)TUNE HURA(N+O)US.
ON ÔTE UNE HURE À NOUS. On retire une tête à nous.
On ôte une des initiales de NOUS, la paire Mars + Vénus, initiales aussi de Max Valentin.
Le symbole de Vénus est inversé son nom, étêté l'est aussi et donne la clef SUNE, S un E.
S = E corrige MARS en MARE qui finalise en ARME.
En ARME SOLAIRE.
Nota : Une ''PELLE'', en aviron, se dit RAME.

Curieux :
Si on étête Valentin (suivant l'exemple de Vénus + Mars), on peut considérer qu'il ne sert qu'à donner X valent IN dans MAX VALENTIN.
La vraie traduction serait alors MA+IN EN LATIN.
Soit MANUS.
Or, l'inscription étrusque de La fibule de Préneste est :
MANIUS ME FECIT NUMERIO. Coïncidence, sans aucun doute.

Mon choix :
Parmi toutes les hypothèses précédentes, il me semble que la plus pertinente reste celle de la CIBLE.
La fin blanche de l'arc-en-ciel recèle le mot CIEL traduit par CLÉ I qui, avec le B du titre du visuel finalise en CIBLE. A son tour entendu CI (ici) BLÉ ou BEL.
Devant la statue, le tiret blanc représente cette CIBLE (qui est la tombe de notre chouette).
Le petit triangle blanc répète le titre sous la forme d'une pointe de flèche qui vise la cible.
Et comme, avec le néo-code alphanumérique de M.V., le B = 1, il convient de rajouter une unité dans cette cible.
Le résultat final est le ¼ de 780 +1, en 4 chiffres. Soit 195 + 1 = 1915.

Pour moi donc, ''Par la ROSSE et par le COCHER, et par la BOUSSOLE et par le PIED'' = Par la ROSE et par le COQ, par la BOULE et par l' ÉPI.

Finalement, il heureux que la solution de cette chasse n'est jamais été publiée. Cela permet d'occuper les nuits des insomniaques. Il n'y a donc pas que la chouette qui veille …......
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 25 janv. 2017 à 11:42
J'essaie de comprendre pourquoi cette chouette n'a jamais été découverte.
Je pense que c'est en raison de l'ambiguïté du jeu 580.
BAGFEDC = Si Là Sol F É Ré Do.
Si là le sol fait ré do se traduit d'abord par Si là, au sol, il y a une Raie d'Eau, un écoulement.
Mais aussi par, Si là, le sol fait Ré Do. Si le sol fait l'égalité entre ces 2 notes. Si C = D.
Pour compléter ce jeu, le visuel B utilise un autre phonétisme de Do, DOS.
La colonne blanche qui tombe de l'arc-en-ciel illumine le DOS de la statue dont le socle porte les 2 raies parallèles du signe =.
Devant la statue, le tiret blanc au sol est une rayure tracée par le petit triangle.
Ainsi, RAIE = DOS. Ré = Do, D = C.
Le visuel 500 confirme cette interprétation en utilisant la ''spirale'' de la clef de Sol pour modifier Le Grand Faudé en Fossé. Faux D = C.
Le tout devant des Raies d'Eau (lignes de la portée).
Donc, dans un premier temps, BAGFEDC donne D=C (lettres/notes qui se chevauchent sur la contrebasse).
Mais cette formule multiprise conduit encore au visuel 470.
Et là, elle se traduit par Sol FER dans la lettre O. Soit SOLFÉRINO.
La chapelle de Luz-St-Sauveur guidant alors vers le blason d'ORBEY grâce à la ''Boule'' circulaire fichée d'un ''Fer'' (épée). (voir symbole inversé de vénus en 420).
En résumé, BAGFEDC se traduit par D = C et par ORBE.

La seconde confusion est induite par le décalage d'un rang du classique code alphanumérique.
Car si B ''vaut 1'' (580), C et D valent 2 et 3.
Et quand C = D, 2 = 3.
Ainsi le 3 (ex Est) de la boussole 780 est en réalité un 2.
Il ne convient pas de rechercher 3 ''MARES'' mais 2 LACS.
Gérardmer, Longemer et Retournemer sont alors éliminés au profit des lacs blanc et noir.
Là encore, c'est un visuel qui corrige ''le mensonge du compas''.
Le manche de la pelle 650, repéré 1, ne retire pas une unité à 10 mais à TROYES, la préfecture de ce département, qui s'abrège alors phonétiquement en 2.

Le terrain étant ainsi déblayé, il est alors temps de rechercher l'égalité C = D, soit O partagé verticalement en C et D.
O ne vaut plus 600 (comme le code de l'énigme) mais 200, CC.
Là, il faut utiliser le second sens de Solférino. Au sol, trouver un FER dans un O.
La valeur de ce FER est donnée 2 fois : Par le nombre des lignes de la portée, 5 = V romain.
Et par le V blanc tracé au-dessus du E de FED sur la contrebasse.
Ainsi un V de fer fend un cercle O pour le partager en 2 hémisphères, C et D, ayant la même valeur.
Résultat : CVC ou 195.

Dans cette succession d'arcanes, rien n'est simple. Car pour ajouter à la confusion (sens, bon sens et contresens), des informations complémentaires se superposent à cette trame déjà fort obscure.
Par exemple :
Au centre de la contrebasse, les 3 notes FED donnent aussi E.D.F.. ''Les fils à démêler'' étant les cordes de l'instrument (ligne aérienne électrique).
De même, la note B vaut 1 en lettre et Si en musique. Phonétiquement Ci.
Le mot CIEL passe ainsi rapidement en BEL. Et ARC en Quart.
J'envie donc les chercheurs aux avis péremptoires qui affirment leur vérité.
Moi qui doute de tout (DOUTE = Do + Ut + 5 (V = code du E) = CCV)......

Quoiqu'il en soit, je suis très intéressé par la source Rosalie (Solaire).
Et je recherche toutes informations concernant ce site.
Avant 1914, il était en territoire allemand.
Je voudrais savoir quand, comment et pourquoi les 3 lettres CVC y ont été gravées.
Suivies d'un point, elles semblent être des initiales.
Si l'un de vous peut m'aider, je le remercie.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 26 janv. 2017 à 02:52
C'est l'initiale O d'Orbey qu'il convient de fendre verticalement pour ne conserver que le C.
Merci Armand pour le Club Vosgien.
Ou plutôt, BERCY !
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 29 janv. 2017 à 23:33
La ''Méga astuce'' :
Le tout de la charade 530 y conduit.
''Pour trouver mon tout, il suffit d'être Sage, car la Vérité, en vérité, ne sera pas affaire de Devin''.
L'allusion indirecte à l'étang du Devin près d'Orbey se traduit par ''Pas de V dans le mot Vérité''.
Les 3 initiales de Sage, Vérité et Devin servent aussi à donner la direction du SUD au départ de Bourges.
V, 5, est le code alphanumérique du E.
Le mot ÉTERNITÉ est le seul nom écrit entièrement en majuscules de la charade.
Ses ''limites'' sont EE.
Amputé de son V le mot vérité s'abrège en ÉRITÉ, mot très proche d' ÉTERNITÉ.
ÉRITÉ devient TRI EE ou TRIÉ E. Soit Trier le mot ÉTENITÉ.
Devenu TÊTE RIEN, il se traduit par la commande ''ôter l'initiale'' (Tête nulle).
''Pour trouver mon tout, il suffit d'être Sage → Pour trouver mon tout, il suffit d'être AGE (– S)''.
Il suffit d'être À Gé.
L'énigme 580 donne la valeur de G, ''vaudra 6''.
On remarquera que la calligraphie d'une lettre G ou d'un chiffre 6 est pratiquement la même.
G ou 6 repèrent la direction de Gérardmer en venant de Bourges sur la spirale des 10 villes 580 (Azimut 72°).
M.V. a décalé ses codes alphanumériques d'un rang pour obtenir ce résultat. Sinon G serait codé 7.
L'énigme 530 désigne la ville de Bourges comme centre et origine de la chasse.
Mais ce n'est pas l'initiale de son nom qu'il faut retirer, c'est le B de l'énigme précédente, le B de la couleur Blanche. Ainsi, BLANC devient LANC.
C'est la seconde raison du décalage alphanumérique.
La face avant de la statue est Blanche quand son dos est noir. Comme les aiguilles de la boussole, le Nord réel qui est blanc est opposé au Sud noir (Lacs blanc et noir).
L'arc-en-ciel est incomplet, il lui manque son origine. Son nom est lui aussi étêté.
AR-ENCIEL →CENCIEL, anagramme de CI LENCE.
Phonétisme double qui tombe de l'arc-en-ciel dans le dos de la statue :
CI LANCE et iCI L' HANS.
On retrouve le segment LANC de BLANC qui rectifie la voyelle E en A.
Les 2 traits blancs sur le socle de la statue porte ces 2 noms, HANS et LANCE.
HANS permet d'identifier la Vierge qui domine le rocher du HANS.
Et la LANCE, ancienne pique se trouvera dans sa version moderne de baïonnette.
Mais, c'est le trait et les 2 petits triangles devant la Vierge du Hans qui sont les plus intéressants.
CENCIEL y est modifié en SCIENCE (– L + S (aiguille blanche 780).
Et cette SCIENCE est l' ÉLECTRICITÉ, mot ayant les mêmes ''limites'' qu' ÉTERNITÉ.
(En 1993, la centrale hydroélectrique fonctionnait).
Ce qui confirmerait la présence d'E.D.F. sur la contrebasse et l'hypothèse selon laquelle les 3 sentinelles seraient des pylônes H.T..
MÉGA peut aussi se traduire par Million, 10⁶. Décapité lui aussi par la clef du Devin, ILLION (Ilion en asie mineure) s'entend, comme Troyes en Champagne, 3.
Que Méga = 6 ou 3, l'astuce se trouve en G de la spirale des 10 villes et concerne les 3 lacs (appelés MAR) de Gérardmer, Longemer et Retournermer.
Mais cette super astuce n'utilise pas ce site comme leurre pour masquer les 2 vrais MAR à découvrir sur le même axe Bourges/Gérardmer. Elle emploie au contraire le 3ème lac en retournant le nom de Retournemer.
Ainsi, il n'y a pas 3 MAR mais 2 MAR et 1 ARM.
En rebaptisant LAC par MARE, la ''Méga astuce'' conduit au résultat 2 LACS + 1 ARME.
L'étape à Gérardmer, sur la route d'Orbey, est donc indispensable.
Un dernier sens peut concerner le mot MEGA s'il = MAGE = DEVIN.
Le célèbre enchanteur MERLIN se retrouve dans IMMERLINS.
Cette hauteur étêtée pourrait ainsi être aussi ciblée.
…...................................................................
Pour les amateurs de jeux, celui de Retourne Retournemer, se retrouve sur le linteau du cimetière de Rennes-le-Château. Il y a de forte chance qu'il soit l'inspiration de M.V..
MEMENTO HOMO QUIA PULVIS ES ET IN PULVEREM REVERTERIS.
Souviens-toi, homme que tu est poussière et que tu retourneras poussière.
Le mot poussière retourné donne SIVLUP et MEREVLUP.
Conditionnel de la clef, Si la lettre V est lue = égale à P
Mais (mets ou mes) la lettre R et V sont égales à P. Soit P est un Rô grec. V = R.
Le nom du crâne qui domine cette pensée de la Génèse, CALVA, devient CARLA.
Nota : Il n'est pas impossible que Max Valentin fut Saint Maxent, l'auteur du Serpent Rouge.
Mais cela est une autre histoire....
….......................................................................
A partir de là, l'ultime astuce paraît simple.
Le ¼ de 780 serait à la fois l'azimut et la distance (en pieds de 33 cm) du point de chute de la pique (lance). Soit 195° et 64,35 m. Environ 48,137 de Lat., et 7,102 de long..

Conclusion :
Je suppose que pour nombre de chercheurs la ''méga astuce'' est le décalage d'un rang des codes alphanumériques.
A lui seul il est justifié par l'arc-en-ciel initial.
Sans lui les 7 couleurs coderaient un G. Or c'est un H qu'il faut retirer de la couleur BLANCHE pour obtenir le mot LANCE (après écimage du titre B de l'énigme).
Mais pour moi, cela reste 3 = 2 MAREs + 1 ARME.
Avatar de l’utilisateur
Archimede
Hulotte
Messages : 2643
Enregistré le : 25.03.2011
Re: ORBEY Messagepar Archimede » 29 janv. 2017 à 23:49
Mais le "érité" est probablement le LEG AOUT de la 470 !
Et il faut le Mérité !

Max est presque dangereux pour l'esprit, tellement il est caché derrière les portes et les claque une fois que l'on est passé.

Le chemin se referme derrière vous, comme si des portes confirmaient votre progression en claquant dans votre dos. Le temps de se retourner, et son visage blond angélique, devient tête hideuseXXX.
Suis pas loin de panser celui auquel je pense. Oh là, tout doux...
Ma voiture est garée en bas.
Mon volatile est gavé en basilique.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 30 janv. 2017 à 18:28
Je pense plutôt que le ÉRITÉ pivote sur lui-même de façon que le R recouvre le T dans ÉTIRÉ.
Donnant ainsi la substitution R/T qui transforme le TOUT en TOUR (Tour synonyme d'Astuce).
''Pour trouver mon TOUR, il suffit d'être À G, car la Vérité, en vérité, ne sera pas affaire de De vingt''.
20 est le code alphanumérique classique du T.
La vérité n'est ni affaire de V ni de T.
De plus É TIRÉ retire un E.
Pour trouver mon TOUR et ma ROUTE , il suffit d'être À Gérardmer (580), car la Vérité, est affaire de retournement.
Alors, RETOURNEMER → Retourne REM (MARE 600).
Mais il y a tellement de solutions que ce n'est qu'une hypothèse. Celle-ci semble la meilleure car ÉTERNITÉ se retourne en ÉTINRETÉ.
Compris ET, EN (in) R EsT Té. Pour la substitution R/T.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 01 févr. 2017 à 03:27
''La solution est à la portée d'un groupe d'adolescents astucieux'' :
Quand ASTUCIEUX = TU AS CIEUX. Les cieux étant représentés par l'arc-en-ciel B.
Toujours avec le signe égal, =, tracé par les 2 lignes blanches sur le socle de la statue.
Le tiret blanc devant la Vierge ≈ celui qui est dans son DOS et qui descend verticalement de l'arc-en-ciel.
A peu près égal car il est d'un niveau inférieur.
C'est l'adjonction du petit triangle blanc qui le diminue.
ADOSLESCENTS = À DOS LES 100.
Les 100 sont les 2C romains du nom de l'arC-en-Ciel.
Les 2 C sont le tiret dans le DOS de la Vierge.
Ils égalent le tiret facial mais sans le V que trace le triangle.
Soit, 195 recto, 200 verso.
Avatar de l’utilisateur
Archimede
Hulotte
Messages : 2643
Enregistré le : 25.03.2011
Re: ORBEY Messagepar Archimede » 07 févr. 2017 à 22:36
Astucieux et adolescent, bien vu !
Ah ouais c'est bon ça !

Max nous crache les bonnes réponses, mais comme nous ne sommes pas initiés, au lieu de se lécher, on s’essuie ^^
Maître Max...
Suis pas loin de panser celui auquel je pense. Oh là, tout doux...
Ma voiture est garée en bas.
Mon volatile est gavé en basilique.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 10 févr. 2017 à 00:46
Quel lien y a-t-il entre le coquillage du visuel 560 et la clef de Sol 500 ?
Tous les 2 sont des ''spirales''.
En partant de l'allographe de la charade 530 (''mon quatrième s'inspire'' → AIR = R). Exactement comme le 3ème de la charade 470.
Dans l'alphabet parlant, le N, 5ème de la charade 470 où il est considéré comme un Z à 90°, s'entend aine ou ène (haine possible).
_ 1 : Visuel 560 :
Il est rattaché au visuel 420 par la présence de ''Neptune'' dans son énigme.
Et au visuel 600 grâce à son allusion du ''POUCE''.
La pointe du crayon du chercheur trace la ligne qui relie Cherbourg à Gavarnie.
Cet axe coupe le SOL de l'estran qui longe les côtes du Cotentin jusqu'au Mont-St-Michel. Comme il coupera (Pouce/Coupe) à l'arrivée la Brèche de Roland.
Le jeu consiste à découvrir le nom du coquillage qui ressemble à un vulgaire bigorneau.
Mais il est ''en spirale'', et ce sont les spirales qui donnent les clefs.
Celle du Mont-St-Michel (Navire Noir Perché) nous indique que ce coquillage est un Solen. Bien qu'il soit très différent.
Car c'est bien un COUTEAU qui COUPE le SOL. Un SOL N.
Sur le visuel 560, la lettre N est couplée au compas qui trace la lettre O.
Son rôle est double. Elle sert d'abord à associer les 2 planètes NEPTUNE et URANUS, avec leurs symboles dans le jeu, ON ÔTE UNE HURE À NOUS.
Jeu qui permet d'étêter VÉNUS inversée en S UN E.
Clef qui, à son tour, modifie le dieu guerrier MARS en ARME.
Dans un second temps, Le compas dessine le soleil noir, SOL en latin ou en espagnol, et couple ce dernier au N pour aboutir au même résultat, SOL N = COUTEAU.
La couleur noire du N est donnée par celle de l'aiguille repérée N de la boussole 780 (Nord).
Solen = synonyme de Durandal, but de l'énigme.
Cependant, en utilisant les symboles des planètes Neptune et Mars, on peut estimer que Ψ est un trident (ou fourchette), étant l'attribut traditionnel de ce dieu (brandi en outre par l'archange du Mont-St-Michel), et que la pointe, la flèche, de Mars, ♂, est l'arme recherchée.
Mais, à mon avis, ce sont là armes d'estoc et non de taille (crayon).
D'autre part, au pluriel les armes sont aussi les armoiries et celles de la cité d'Orbey sont représentées par l'épée fichée dans la boule 470 (Sol Fer in O).
Nota : M.V. utilise les mots ''flèche'' (titre 470) et ''arc'' (Apollon 420).

_ 2 : Visuel 500 :
Lui, il est relié au visuel 580.
La spirale de la clef de Sol représente le chemin qui grimpe au Grand FAUDÉ.
Cette clef est coupée par un rayon lumineux qui en isole un délié traçant la lettre D.
Ce D est faux. C'est un C valant aussi la note Do.
Le U au-dessus de la clef est l'initiale d'Ut, ancien Do (''Ut queant laxis'' 500).
Faudé devient FAUX C et FOSSÉ.
Sur la portée, un delta associé à un compas se traduisent par Delta – Lambda + Cercle.
Soit DATE O.
Ce triangle équilatéral sert principalement à positionner les 3 sentinelles à ''8000 mesures'' à l'Ouest (''Ponant'') d'Orbey.
La clef de Sol sert à corriger la DATE O qui est au sol et qui comporte un faux C et un fossé.
Date en chiffres romains.
Δ + compas écrivent enfin la note Do sur les 5 lignes de la portée qui tracent des ''Raies dans l'eau'' dominée par le morse.
Mais ce plan d'eau n'est pas la mer, mais El Mar, un mer vosgien. L'animal marin rappelle l'alphabet morse qui résout l'énigme jointe et représente la tour du Grand Faudé, observatoire militaire qui transmettait des messages codés pendant la grande Guerre.
''Les raies d'eau'' s'entendent RéDo, se codent DC et se chiffrent en 600.
Ce qui est le nombre de l 'énigme où le POUCE POUSSE l'anneau 0 de la clef.
600 – 0 = 60 code départemental de la Somme.
La somme des ''raies d'eau'' = D+C romains = 600.
Ce couple DC conduit ensuite au visuel 580.
Sur la contrebasse, les 3 lettres d'E.D.F., Électricité De France, se logent dans la caisse de l'instrument dont les bords dessinent un O.
Cette lettre est fendue par les cordes qui sont ''les fils qu'il convient de dénouer'', des lignes électriques. Ce sont aussi des ''raies d'eau'', Ré Do ou encore D C.
Quelle est alors la différence entre les visuels 500 et 580 ? Puisque les 2 déclinent le même thème de la brèche de Roland.
Une boule O fendue par le fer de Durandal ?
470 est le ''SENS'' et la contrebasse 580 est le ''CONTRESENS'' (Titre de cette énigme).
En 470, ce sont de vraies ''raies d'eau'', en liquide.
De l'eau qui s'écoule du lac à travers la clef de Sol devenue DC (Ø).
Avec le U qui domine la clef, le partage du o donne DUC. Un aqueduc.
Dans un premier temps les lettres E.D.F. dans le O de la contrebasse améliorent la définition. Un aqueduc qui produit de l'électricité = Hydroélectrique.
Nota : Si notre Chouette est un petit ou grand DUC, elle apporte la lumière !
Sous un second regard, on note que l'instrument a une silhouette féminine.
FED passe d'E.D.F. à Fa Mi Ré entendu FEMME IRAIT.
La contrebasse donne le nom d'une femme (rousse) liée à la musique.
La série BAGFEDC est la double clef de son prénom.
Si Là Sol Fait Ré d'O = Si là Sol fait la note Ré dans le cercle O.
La série se partage en 2, les 3 notes,lettres extérieures à la contrebasse, BAG + Ré fait = Si La Sol Ré.
Si Là Sol Fait Ré d'O = aussi, Si là le Soleil (Sol latin ou espagnol) fait des raies d'un cercle, trace des rayons. Si le Sol rayonne.
Ainsi cet orchestre de jazz (festival d'Antibes Juan-les-Pins, Napoléon y débarqua) joue une double partition : SOL eR = SOLAIRE, anagramme de ROSALIE (Ré + Sol + La + Si (4 cordes)).
De plus, le C chevauche le D (½ O de la contrebasse). En faisant Ré = Do, les chiffres romains s'égalisent D = C dans O. Le partage d'un cercle établit 500 = 100.
Enfin, l'allographe O = Haut permet l'interprétation Si là FER en HAUT (Solférino).
Nota 580 : Pour être complet, il faut mentionner cette variante :
Le Ø de la contrebasse recèle le nom du chanteur Léo Ferré.
F, E et D = F E ré dans O. Un O ''ferré'' est un O passé au fil de l'épée.
Le O FERé est un O partagé qui donne un D, un Ré.
Note qui est inversée en C sur la contrebasse.
Le résultat est pratiquement identique, mais le fait que le mot ''chouette'' se retrouve dans les paroles de la chanson ''Avec le temps'' et que le petit U blanc au-dessus de la lettre F puisse être une fourchette (CHOUETTE + RF = belle France) semble déplaire.
Pourtant, O = C me va très bien.....

En résumé de mon propos, je propose l'hypothèse suivante :
Les 2 spirales analysées conduisent à une arme blanche, un couteau/pique nommée Rosalie et à une égalité, ½ O = C. Le tout dans un cadre hydroélectrique de la région d'Orbey.
Il faut trouver au sol une lettre O et la transformer en C pour retrouver le résultat du visuel 780/4 = 195 en chiffres romains. Soit CVC.

Cette hypothèse impose une revisite des énigmes B et 530.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 14 févr. 2017 à 01:22
Pour résoudre l'énigme 530, ''il suffit d'être sage''. Sous-entendu, comme une IMAGE. Il convient donc d'observer le visuel comme on le ferait pour une image d' ÉPINAL.
Les image d' Épinal sont des devinettes (mot qui contient DEVIN). Elles recèlent toujours un élément à découvrir.
L'ÉTERNITÉ en majuscules sert à éliminer ''les limites'' du résultat de la charade.
BOURGES → ROUGE.
Et à à fixer ses propres limites, ÉT-ERNI-TÉ → TÊTE.
Le ''tout'' n'est pas affaire de VIN mais reste affaire de ROUGE.
La TÊTE ROUGE du visuel désigne la crête du coq.
Que cache-t-elle ?
_ Une chevelure en ÉPIS (ÉPI est la tête d'ÉPI-nal).
Le panache de la queue ressemble à l'arc-en-ciel B et à des lames de faucilles.
La répétition du mot Vérité et son emploi dans ''En vérité'' paraphrase Jean 3:3 dans les Évangiles.
Cette sémantique peut conduire au ''dernier supplice'', la Croix. La connotation religieuse semble incontestable.
Comme les initiales SVD indiquent le SUD de BOUGES et le bec du coq, Roncevaux, on peut voir là une allusion à Jacques Cœur, berruyer, et à St Jacques de Compostelle. Bourges et le col de Roncevaux (célèbre ossuaire) se trouvant sur le chemin des pèlerins. Cherbourg est aussi pointé par le bec OUVERT (''ouverture'').
La ''Vérité'' consisterait donc à changer la couleur de la crête du coq.
De ROUGE, elle deviendrait VERTE car cette couleur est dans le mot VER-i-TE.
De chair, cette crête est alors végétale.
Dans les Vosges, cette végétation que l'on retrouve sur les visuels 500 et 520, ces grandes herbes, portent l'appellation de HAUTS GAZON ou de HAUTES CHAUMES.

Si cette hypothèse s'avère, la pelle 650 creuse dans la couleur rouge pour en retirer une lettre (1 sur le manche). Si ce rouge est celui du RUBIS, après le retrait d'une lettre, on pourrait en déduire que l'arbre que planta M.V., en 1993, était un BUIS dont le feuillage, éternellement VERT, servirait de repère aux chercheurs.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 15 févr. 2017 à 01:28
A propos du navire noir perché du Mont-St-Michel (560).
Selon l'hypothèse où le coquillage est traduit par COQ du VILLAGE.
Le point le plus haut d'un village est habituellement le coq qui domine le clocher de l'église.
Mais dans ce cas, c'est la statue de l'archange St Michel.
Dans la plupart des représentations de l'iconographie classique, il terrasse le dragon à l'aide d'une lance ou d'un trident.
J'y ai vu, à tort semble-t-il, un lien avec le trident de Neptune.
En réalité, l'archange du Mont-St-Michel brandit un glaive.
C'est donc une ÉPÉE dorée qui coiffe ce mont. Et qui se trouve sur l'axe Cherbourg / Brèche de Roland.

Une anagramme imparfaite ? :
Si elle s'avère, elle serait indigne de la réputation de Max Valentin.
''Il n'est de pire aveugle que celui qui ne veut par voir''.
Fragmenter le mot AVEUGLE en V EGALE U est un très médiocre jeu de mot.
Une bonne anagramme se doit de rester entière.
Cependant cette clef permet de transformer VOIR en OUÏR.
''Il n'est de pire aveugle que celui qui ne veut par entendre'' = phonétiquement.
Nota le V de ''Vérité'' est aussi le U de SUD/SVD.
Autre mauvais jeu dont on pense M.V. incapable. CRAYON (560) = C rayons.
Rayons la lettre C pour que COQUILLAGE = OCTEVILLE = Carusburc = Cherbourg.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 18 févr. 2017 à 00:11
Un ancien maire d'Orbey, passionné par les sources, recensa toutes celles de la région et les rebaptisa d'un prénom féminin.
Ainsi, la source Rosalie n'a aucun rapport avec la baïonnette des poilus de la Grande Guerre. C'est simplement le prénom d'une grand-mère qui habitait à proximité du site.
Les initiales C.V.O., du Club Vosgien d'Orbey furent gravées sur le fronton de cette source en 1989. Soit 4 ans avant l'enterrement de la chouette.
Merci J.B..
Mais cette source figurait-elle sur la carte au 1/25000ème utilisée par M.V. ?
Le tableau d'assemblage de ces cartes date justement de 1993.
Aujourd'hui, on utilise les n° 3618 et 3718, comme géoportail.
Ces cartes, trop modernes à mon goût, ne précisent pas le détail le plus important, la frontière franco-allemande de 1914. Comme je situe cette chasse dans le cadre de la Grande Guerre, j'aimerais connaître l'emplacement des bornes frontières d'origine.
Il est en effet possible de traduire F D par France /Deutschland (sur la contrebasse).
La ligne de crête y est mal définie (crête rouge du coq). Pour l'instant, je la trace en suivant le G.R. 5 ou la D 61. Le tracé séparant les départements du Haut-Rhin des Vosges semble convenir.
marc
Dryade
Messages : 1547
Enregistré le : 01.02.2013
Re: ORBEY Messagepar marc » 23 févr. 2017 à 03:17
Une méga-astuce du Tonnerre, notre chouette serait un homme !
Il y a 3 Navires Noirs Perchés : La chapelle de St Léon à Dabo, le Mont-St-Michel et la chapelle de Solférino à Luz-St-Sauveur.
Les 3 clefs sont donc LÉON, MONT-ST-MICHEL et SOLÉRINO.
Toutes 3 sont coupées (POUCE = COUPE, visuel 600 et ''dévier d'un pouce'' 560).
_ 1) : LÉON :
Issue de Napoléon, l'indice invite d'abord à suivre la piste impériale qui conduira à Luz, guidée par Napoléon III.
Puis la coupe partage le nom en L' ÉON.
Les cruciverbistes ont l'habitude de rencontrer ses définitions. Charles de Beaumont, le chevalier espion de Tonnerre.
Nota : Sur le visuel 470, la ''Neste'' qui descend des Pyrénées est double, comme la traduction du mot FIBULE.
Quand le code départemental du Cantal (15 = O) est utilisé, FIBULE → Fit BOULE. C'est la boule de glace fichée d'une épée en croix du visuel.
Mais d'abord, elle Fit LE But. C.à.d., que quand cette sphère se jette dans la mer (El MAR en espagnol) elle donne le nom de la LUMIÈRE qui dissipent ''les ténèbres. LUZ.
Au départ, ce torrent est la NIVELLE qui se jette à St-Jean-de-LUZ.
Puis, une fois le transfert à LUZ-St-Sauveur, cette boule devient la chapelle de Solférino, au bord du gave de Pau. Préneste donne la connotation italienne du nom.
_ 2) : Le MONT-ST-MICHEL coupure Hard (Black) :
Le coquillage sur l'estran du Mont = coquille typographique dans son nom.
Le crayon à papier doit être taillé. Étêté de son initiale C ( rayons C), il pilote le retrait du C de MI-C-HEL.
Après césure, le MONT-ST-MICHEL devient MONT-HEL.
Comme ce crayon est un HB, cette lettre est enfin substituée pour finaliser en MONT BEL.
Les 2 premières clefs donnent alors le même résultat : BEAUMONT = BELMONT.
Cette interprétation pourrait faire sourire mais la 1ère énigme semble confirmer cette hypothèse.
Les 7 couleurs de l'arc-en-ciel finissent en Blanc unique.
Ce qui peut se traduire par 7 = 1. En codes alphanumériques décalés d'un rang (580), H = B.
_ 3) : SOLFÉRINO se scinde en SOL FER IN O.
Soit, sur le sol, fer en cercle et, sur le terrain, fer en haut.

En conclusion, notre chouette serait le capitaine Belmont qui épiait de jour comme de nuit les mouvements de l'ennemi depuis son perchoir (Observatoire Belmont).

Retourner vers « 520 »

Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés : Bing [Bot], esteban93, mblond