Cercles chromatiques et couleurs complémentaires

Discussions au fil de l'eau sur l'énigme B
Avatar de l’utilisateur
Bioposis
Hulotte
Messages : 2775
Enregistré le : 21.02.2012
Localisation : Région Bordelaise (vers le Bassin)
Bonsoir

Un petit complément...


Image

Bien-sûr le principe n'est pas aussi simple :

- il nous manque la lumière en provenance de Roncevaux en pasant par Bourges (= 1)
- il nous manque ce qui passe et où se passe le changement de direction
- il nous manque la CI

A plus

Alain
530 : I'll be back
780 : les pieds je les mets où je veux ! Et le plus souvent c'est dans la gueule !
470 : tu me fends le coeur !
Avatar de l’utilisateur
Buonardo
Hulotte
Messages : 2022
Enregistré le : 07.11.2007
Localisation : Californie
Merci Mereviel pour cette réponse complète. J'espère que ma réponse sera à la hauteur de ton argumentation mais je préfère poursuivre la discussion plutôt que d’avoir tout peaufiné.

Tout d’abord, j’ai fait une analyse similaire sur la B. Je n’avais pas formalisé l’approche que je qualifierais « artistique » des couleurs et de leur complémentarité mais avais admis que sur un certain plan on pouvait voir ces couleurs comme complémentaires en une approche soustractive. Au passage, la décomposition d’une lumière blanche au travers d’un vitrail peut aussi donner un spectre. C’est le même principe d’absorption de la lumière qu’on trouve dans les pigments des peintures.

La ou je diverge (un peu) est sur l’approche scientifique. L4hand l’a bien introduite avec sa référence. Comme tu l’as dit les couleurs d’un point de vue « scientifique » ne sont pas complémentaires. Je ne suis pas d’accord avec les couples que tu trouves complémentaires. En effet, si tu utilises le diagramme de chromaticité, tu verras que les deux couples a peu prés complémentaires sont 470-580 et 420-560. Le cercle des couleurs dans ce cas ne fonctionne pas car il n’y a pas de couleurs complémentaires a la plupart des verts du point de vue de la lumière monochromatique. En effet le mélange de rouge et bleu donne les marrons et les roses qui sont du point de vue de l’œil humain des couleurs complémentaires aux verts mais du point de vue lumière monochromatique n’existent pas. Notons que cette approche « scientifique » est suggéré par Max grâce aux longueurs d'onde, a l’arc en ciel et même presque directement dans une IS en indiquant clairement « Newton ».

Nous avons la même interprétation du « 780 », une suggestion au cercle chromatique, mais la aussi il y a un bug puisque le « 780 » n’est pas une couleur visible.

Donc, nous avons bien deux approches/idées de la décomposition de la lumière, soustractive ou « artistique » et additive ou « scientifique », pour moi ce sont les "deux idées" de l'IS.

Maintenant, comme pour les masses atomiques de la 600, on trouve une « référence » pour justifier les choix de Max. Mais ici se pose le problème : Max est soit disant le « redresseur des erreurs historiques », celui qui aime utiliser des poncifs qui se révèlent être faux dans les faits ou dans leur interprétation, on l’admet sur le plan « historique » ou « littéraire » et on l’admire pour cela. Alors, peut-on admettre que des tableaux « scientifique » de l’E.U. ou du Larousse, qui comportent des erreurs, doivent être pris comme LA référence de Max ? Doit-on penser que ses connaissances s’arrêtent à la littérature et l’histoire et ne s’étendent pas au domaine scientifique. Si c’est le cas, Max devient absolument non crédible et cette chasse devient du grand n’importe quoi. Que doit-on penser de « Al-Mar », « les Maures » parce que trouvé dans UN dictionnaire ou bien « A la mer » en espagnol ? et j'en passe...

Maintenant, comme tu as fait la remarque, doit-on faire une thèse sur l’optique pour comprendre ce « jeu » ? J’ai mis du temps a comprendre car je ne connaissais pas le principe des couleurs mais j’ai tout de même une bonne base scientifique et je crois qu’il faut effectivement approfondir tous les concepts pour aller au bout, n’est ce pas ce que le titre de la « B » nous invite à faire ? Max a aussi dit qu'on ne lance pas une chasse au trésor avec un prix de 1MF sans tout vérifier plusieurs fois et avec plusieurs sources et je pense cela vrai sur tous les plans, littéraire, historique et scientifique.

Amitiés,
B.
Avatar de l’utilisateur
Méréviel
Harfang
Messages : 620
Enregistré le : 05.06.2009
Il paraît que « c’est en faisant des erreurs que l’on progresse » et que « seuls les imbéciles ne changent pas d’avis ». Je devrais donc être aujourd’hui pleinement heureux… mais en réalité je ne suis que rouge avec la honte… (gcrtxbrbes me l'avait prédit, c'est un bon devin).

Alerté par les messages de L4HAND…

L4HAND a écrit :Contrairement à toi j'ai retenu le cercle RVB (scientifique) il me semble plus cohérent avec les longueurs d'ondes de ta source (…) Le cercle RVB est induit je pense par les complémentarités de longueurs d'ondes définissant la nature du cercle chromatique :
- La relation Vert moyen (530)/Rouge extrême (780) qui est la seule validé par MV si je ne m'abuse.
- Et surtout Bleu moyen (470)/Jaune moyen (580) (incompatible avec le RJB puisque le Jaune et le Bleu moyen sont situés à 120° par définition dans ce cas et sont donc non complémentaires).

… et de Buonardo…
Buonardo a écrit :Je ne suis pas d’accord avec les couples que tu trouves complémentaires. En effet, si tu utilises le diagramme de chromaticité, tu verras que les deux couples a peu prés complémentaires sont 470-580 et 420-560.

…je me suis penché de nouveau sur mes projections des numéros d’énigmes sur les deux cercles chromatiques RVB et RJB. Et là, j’ai eu la (mauvaise) surprise de constater que je m’étais complètement planté ! Je ne sais pas comment je m’y suis pris la première fois, je devais penser à autre chose, à moins que ce ne soit la démission de Benoit XVI qui ait égaré mon âme tourmentée. Il a fallu attendre l’élection d’un nouveau pape pour je retrouve mes esprits, partis en goguette…

Je revois donc ma copie et je pose (cette fois attentivement) les nombres de longueurs d’onde du tableau de l’Encyclopaedia Universalis sur les deux cercles chromatiques, en suivant scrupuleusement les indications du tableau de l’E.U. et en considérant que le vert-bleu et le bleu-vert sont confondus, alors que le bleu-verdâtre est un bleu un peu vert, intermédiaire entre le bleu-vert/vert-bleu et le bleu moyen. Pour le pourpre, j’ai suivi le dictionnaire qui le définit comme un « beau rouge violacé », ce qui le place entre le rouge moyen et le violet moyen.

J’obtiens toujours un résultat contrasté… mais inverse du précédent (dommage pour moi). Le cercle chromatique RJB (celui des artistes) ne cadre plus avec les couples complémentaires de la B. Deux couleurs réellement complémentaires devraient être opposées sur le cercle et donc jointes par une droite passant par le centre du cercle. On n’observe rien de tel sur ce diagramme :


Image


Alors que le cercle chromatique RVB (celui des scientifiques) donne de meilleurs résultats :


Image


Sans pour autant que les correspondances soient parfaites. Le vert-jaune (560) devrait être associé au bleu-violacé au lieu du violet (420). Et le vert moyen (530) au violet (420), au lieu du pourpre (780).

Aucun des deux cercles ne donne entièrement satisfaction, mais le cercle RVB est bien celui qui se rapporte au tableau de l’E.U. où Max a récupéré les nombres de longueurs d'onde et les couples de complémentaires de son énigme B. C’est donc le cercle chromatique RVB (des scientifiques) qui est concerné par ce décryptage. Ce qui rend plus légitime et plus cohérente l’évocation de la synthèse additive des couleurs en lumière blanche dans l’énigme et dans l’IS des « petites lueurs » (avec ses trois complémentaires primaires cyan, magenta et jaune, issues du cercle RVB).

Je remarque également qu’il reste improbable d’obtenir un ordre erroné en se trompant de cercle chromatique, bien que le cercle RJB permette quatre couples de complémentaires avec les dix nombres de longueurs d’onde de l’énigme :


Image


En effet, d’une part le 500 et le 520 restent en rade, et d’autre part, les couples ainsi obtenus associent des nombres qui sont déjà tous dans la liste incomplète de la B : les couples impossibles 530 – 650 et 470 – 600. Ou qui en sont tous absents : le couple impossible 780 – 560.


En priant tout le monde de m’excuser pour cette bourde,

Amitiés contrites

Méréviel
Avatar de l’utilisateur
Bioposis
Hulotte
Messages : 2775
Enregistré le : 21.02.2012
Localisation : Région Bordelaise (vers le Bassin)
Bonjour Méréviel

Merci pour toutes ces précisions et compléments/corrections !

Que le cercle chromatique RVB soit le plus proche de la réalité me plait bien, j'ai toujours pensé que l'IS "les grandes lumières....." et surtout son visuel, renvoyaient vers les "pixels" des tubes cathodiques avec leurs 3 couleurs primaires...à l'époque de la conception de la chasse, les écrans n'existaient (quaisment) pas.

De plus, nous voyons bien qu'en décalant très légèrement certaines valeurs, on approche d'un croisement des lignes au centre du cercle...

Le seul point qui me chagrine reste l'histoire du 780-420 = 360 car cela impliquerait que 420 (=0) et 780 (=360) soient confondus pour faire une bonne répartition autour d'un cercle de 360°...et que 530 et 560 soient aussi condondus ce qui ne va pas !

Reste la possibilité de faire cela en grades (gon)....ce qui permettrait de bien répartir tous nos chiffres autour du cercle...(mais est-utile ?).

Alain
530 : I'll be back
780 : les pieds je les mets où je veux ! Et le plus souvent c'est dans la gueule !
470 : tu me fends le coeur !
L4HAND
Chevêchette
Messages : 13
Enregistré le : 07.11.2012
Localisation : Caen
Bien :)

Si tu veux un résultat encore plus précis j'ai utilisé cette roue des couleurs (trouvé sur wiki) qui correspond parfaitement au longueurs d'ondes (au détail près que je ne savais pas si je devais placer le 780 sur 300° ou 330°)

:alatienne:

L4HAND :)
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Avatar de l’utilisateur
boncoin
Dryade
Messages : 1419
Enregistré le : 09.10.2011
L4HAND a écrit :Bien :)

Si tu veux un résultat encore plus précis j'ai utilisé cette roue des couleurs (trouvé sur wiki) qui correspond parfaitement au longueurs d'ondes (au détail près que je ne savais pas si je devais placer le 780 sur 300° ou 330°)

:alatienne:

L4HAND :)


Personnellement et sans remettre en cause la virtuosité intellectuelle de telle ou telle démonstration, je crois que le premier objectif est quand même de de le faire tourner ce cercle, sinon cela ne veut plus rien dire ...

Et un cercle tout bête avec 10 quartiers - 10 énigmes - rangés par ordre de grandeur, si c'est moins vrai artistiquement ou scientifiquement parlant, ça roule !

Avec une roue voilée, pas de champion du monde !

Amitiés
Il y a 3 sortes de gens. Ceux qui voient. Ceux qui voient quand on leur montre.Ceux qui ne voient pas...
Léonard de Vinci
L4HAND
Chevêchette
Messages : 13
Enregistré le : 07.11.2012
Localisation : Caen
boncoin:
Personnellement et sans remettre en cause la virtuosité intellectuelle de telle ou telle démonstration, je crois que le premier objectif est quand même de de le faire tourner ce cercle, sinon cela ne veut plus rien dire [...] Avec une roue voilée, pas de champion du monde !



C'est vrai mais j'aime bien suivre des solutions carrées (ou rondes dans le cas de la B :jesors: )

Tu viens de me faire penser que si l'on suit "la B donne deux idées", la première serait l'ordre des énigmes et la deuxième la rotation du cercle.

Cette solution me plait bien. En 780 (énigme "spéciale" à placer dans le cercle si on la considère dans l'infrarouge, et qui cacherait quelque chose invisible au premier abord, la CI) cela nous donne une continuité puisque la boussole a subit une rotation et est en mouvement par rapport à son socle.

A creuser!

:alatienne:

L4HAND
Avatar de l’utilisateur
Méréviel
Harfang
Messages : 620
Enregistré le : 05.06.2009
« L’erreur » étant mon thème du jour, je poursuis sur un plan plus général, en répondant à cette remarque de Buonardo :

Buonardo a écrit :Maintenant, comme pour les masses atomiques de la 600, on trouve une « référence » pour justifier les choix de Max. Mais ici se pose le problème : Max est soit disant le « redresseur des erreurs historiques », celui qui aime utiliser des poncifs qui se révèlent être faux dans les faits ou dans leur interprétation, on l’admet sur le plan « historique » ou « littéraire » et on l’admire pour cela. Alors, peut-on admettre que des tableaux « scientifique » de l’E.U. ou du Larousse, qui comportent des erreurs, doivent être pris comme LA référence de Max ? Doit-on penser que ses connaissances s’arrêtent à la littérature et l’histoire et ne s’étendent pas au domaine scientifique. Si c’est le cas, Max devient absolument non crédible et cette chasse devient du grand n’importe quoi. Que doit-on penser de « Al-Mar », « les Maures » parce que trouvé dans UN dictionnaire ou bien « A la mer » en espagnol ? et j'en passe...

Maintenant, comme tu as fait la remarque, doit-on faire une thèse sur l’optique pour comprendre ce « jeu » ? J’ai mis du temps a comprendre car je ne connaissais pas le principe des couleurs mais j’ai tout de même une bonne base scientifique et je crois qu’il faut effectivement approfondir tous les concepts pour aller au bout, n’est ce pas ce que le titre de la « B » nous invite à faire ? Max a aussi dit qu'on ne lance pas une chasse au trésor avec un prix de 1MF sans tout vérifier plusieurs fois et avec plusieurs sources et je pense cela vrai sur tous les plans, littéraire, historique et scientifique.

Quand Max parlait de « tout vérifier et revérifier », il pensait à lui, en tant que concepteur d’énigmes. Si le chercheur fait une erreur il peut encore la corriger (je viens de le constater…), alors qu’une erreur glissée dans une énigme y restera gravée dans le marbre. C’est pour ça que Max avait un degré d’exigence bien plus élevé pour lui-même que pour nous.

Pour ce qui est de son côté dénonciateur d’erreurs attrapées dans la documentation de référence ou dans l’opinion générale, je pense que Max s’attachait plutôt à saisir des opportunités de fausses pistes toutes faites, plutôt que de se prendre pour un chevalier redresseur de torts. Il était quand même plus tolérant que ça. Pour incarner un tel rôle il faudrait être irréprochable. Or des erreurs tout le monde en fait, lui compris. Il y a des erreurs dans certains de ses madits (il le reconnait volontiers), et quelques erreurs (d’importance mineure) ont réussi à se glisser jusque dans ses propres chasses, malgré sa vigilance. Ainsi, par exemple, dans la chasse Paris Match n°2 (région Ouest), on peut lire dans la solution officielle le passage suivant, concernant le décryptage final indiquant l’endroit où il faillait déterrer la contremarque :

L’énigme s’achevait par ces mots : « Lorsque le soleil déclinant sera à 45° dans le ciel, le trésor brillera sous ta pelle... » Cette croix mesure cinq mètres de haut. Aussi, lorsque le soleil est à 45° dans le ciel, son ombre mesure-t-elle également cinq mètres. Comme il était précisé dans l’énigme « soleil déclinant » (dans sa phase descendante vers l’ouest), il était facile d’en déduire que son ombre se porte dès lors à l’est. Il fallait par conséquent creuser à cinq mètres du pied de la croix, plein est.

Il y a là une impossibilité scientifique. En France, le soleil n’atteint jamais les 45° quand il est pile à l’Ouest. Ceci juste pour illustrer le fait que l’on n’est pas à l’abri d’une erreur, même quand on est perfectionniste.

En fait Max n’a monté en épingle qu’une faible partie des erreurs courantes qui se présentaient à lui lorsqu’il construisait ses énigmes. Ainsi, par exemple, la plus connue des valeurs de l’ancien pied est celle du pied de Roy (= pied de Charlemagne = pied de Paris), qui valait 32,48 cm. Le Littré (ouvrage de référence), ignorant sans doute comment on doit arrondir un nombre, indique la valeur 32,4 cm. Cette valeur erronée a ensuite était reprise par un grand nombre d’autres ouvrages, dont le Petit Robert (autre ouvrage de référence). On a typiquement là le genre d’erreur dont Max aime bien se servir dans ses chasses. Pourtant dans « Le testament de Florence B », première chasse qu’il ait écrite après la Chouette, Max utilise le pied de Roy (32,5 cm) sans profiter de cette opportunité. Sans doute parce que l’erreur n’était pas assez significative pour être réellement dangereuse. Même en la multipliant par un million (ce qui est le cas dans cette chasse), l’écart induit n’est que de 1 km, ce qui ne change pas grand-chose à l’échelle de la carte de France.

Il lui est même arrivé (une seule fois de son propre aveu), de laisser passer dans ses décryptages, sans en profiter, ni même la corriger, une erreur clairement identifiée. Ainsi on peut lire dans la solution officielle de la chasse Paris Match n°5 (région Sud-Ouest) :
…pour la date du mariage secret entre Louis XIV et Madame de Maintenon, les historiens hésitent sur les dates, et particulièrement entre 1683 et 1684. Il semble pourtant établi aujourd’hui, grâce aux Mémoires de Languet de Cergy, aumônier de la duchesse de Bourgogne, que ce mariage fut célébré en octobre ou novembre 1683, vraisemblablement le 10 octobre. Mais la plupart des ouvrages de référence indiquant 1684, c'est cette date qui a été retenue pour le jeu.


Amitiés

Méréviel
Avatar de l’utilisateur
Méréviel
Harfang
Messages : 620
Enregistré le : 05.06.2009
Bioposis a écrit :Le seul point qui me chagrine reste l'histoire du 780-420 = 360 car cela impliquerait que 420 (=0) et 780 (=360) soient confondus pour faire une bonne répartition autour d'un cercle de 360°...et que 530 et 560 soient aussi condondus ce qui ne va pas !

Reste la possibilité de faire cela en grades (gon)....ce qui permettrait de bien répartir tous nos chiffres autour du cercle...(mais est-utile ?).

Salut Bioposis,

Le 780 et le 420 n’ont besoin d’être confondus que si le décryptage de cette énigme fait appel à des écarts angulaires. Le cercle chromatique n’est pas un cercle gradué de façon régulière puisque par définition il positionne ses trois couleurs primaires à 120° les unes des autres. Or, il n’y a pas un écart constant de longueur d’onde entre les trois couleurs primaires, que ce soit pour le cercle RVB ou pour le cercle RJB. Même en superposant le 420 et le 780, on observe les écarts suivants :

cercle RJB : rouge (650) à 70 nm du jaune (580) à 110 nm du bleu (470) à 180 nm du rouge (650)

cercle RVB : rouge (650) à 120 nm du vert (530) à 60 nm du bleu (470) à 180 nm du rouge (650)

C’est bien la position spatiale des couleurs sur le cercle chromatique qui compte pour le décryptage de la B. Mais cette position ne dépend pas d’une progression arithmétique le long d’une échelle de grandeur. Elle dépend des pics de sensibilité des capteurs de l’œil humain (pour le cercle RVB) ou des canons esthétiques sur l’harmonie des couleurs (pour le cercle RJB).

Bien qu’elle passe par des valeurs chiffrées (780 – 420 = 360) cette évocation du cercle ne renvoie pas à des mesures angulaires. Elle renvoie seulement, de façon symbolique, à la notion de cercle. Qui, lui-même, associé à la notion de couleur, évoque le cercle chromatique. La B, comme les autres énigmes de cette chasse, fait largement appel à l’interprétation symbolique et à l’association d’idées.


Amitiés

Méréviel
Avatar de l’utilisateur
Méréviel
Harfang
Messages : 620
Enregistré le : 05.06.2009
L4HAND a écrit :Si tu veux un résultat encore plus précis j'ai utilisé cette roue des couleurs (trouvé sur wiki) qui correspond parfaitement au longueurs d'ondes (au détail près que je ne savais pas si je devais placer le 780 sur 300° ou 330°)


Oui, on peut, comme toi, affiner le résultat afin de faire passer toutes les droites par le centre du cercle chromatique. C’est plus présentable.



Image


Mais là tu te places dont la situation d’un chercheur qui a fini de décrypter l’énigme et qui règle les rouages pour que le résultat final soit optimal. Alors que moi je me plaçais dans la situation d’un chercheur en plein décryptage de l’énigme, au moment où il a compris que ses nombres de longueurs d’onde viennent du tableau de l’U.E. et où les reporte sur le cercle chromatique pour voir ce qu’ils vont lui apprendre. A ce moment-là, il lit sur le tableau « 420 = violet » et il reporte donc le 420 sur le violet pur, qui est parfaitement calé sur le cercle chromatique (RVB) car c’est le complémentaire d’une couleur primaire (le vert). De même, en lisant « 780 = pourpre » il est amené à placer le 780 à mi-chemin entre le rouge et le violet. Deux placements logiques qui conduisent cependant à une légère distorsion des deux axes complémentaires concernés. Une fois l’énigme résolue, on peut les rectifier si l’on souhaite un résultat parfait, en décalant le 420 et le 780 d’un cran vers la gauche. On n’est plus alors tout à fait conforme aux instructions du tableau, mais c’est bien le caractère approximatif de ses indications qui est responsable de cette petite anomalie.


Image


Dans l’absolu on n’est pas obligé de se référer à ce tableau pendant le décryptage, mais dans les faits ça reste la meilleure option, car les indications des têtes de chouette colorées sont encore moins fiables. Et tenter de positionner directement des nombres de longueurs d’onde sur le cercle chromatique n’est pas une approche plus rapide, surtout avec les moyens disponibles en 1993.


Amitiés

Méréviel

P.S. : j’entends d’ici la réaction de DL quand il va lire ça…
Avatar de l’utilisateur
Bioposis
Hulotte
Messages : 2775
Enregistré le : 21.02.2012
Localisation : Région Bordelaise (vers le Bassin)
Bonsoir Méréviel

Oui, d'où le rapprochement "facile" entre les 10 villes de 580 et de "la B donne 2 idées..." et mes schémas plus haut, même si je ne vois pas ce que cela peut donner pour le moment....et d'où la nécessité de positionner correctement les 10 points sur le pourtour du cercle....

Finalement, avec la création de cette énigme B, qu'est-ce qui a bien pu empêcher Max de prendre des valeurs régulièrement réparties autour du cercle chromatique ? Il suffisait de prendre les bonnes couleurs....Comme le disait Don Luis, bonjour le cadeau si nous avions du classer les énigmes uniquement sur la base des couleurs, avec les 4 proches des jaune/vert.

Donc la seule raison, il me semble, c'est que le choix des chiffres n'est pas neutre et donne une indication par ailleurs quant à leur répartition autour de ce cercle ! A moins que cela ne veuille strictement rien dire d'autre puisqu'il aurait voulu utiliser une grande partie des valeurs du tableau qui accompagnait le cercle dans l'EU...

Alain
530 : I'll be back
780 : les pieds je les mets où je veux ! Et le plus souvent c'est dans la gueule !
470 : tu me fends le coeur !
Avatar de l’utilisateur
Méréviel
Harfang
Messages : 620
Enregistré le : 05.06.2009
Dans un post placé un peu plus haut dans ce fil de discussion, Buonardo m’a posé la question suivante :

Buonardo a écrit :Dans l'une des IS dites "importantes" selon Max, il y a une phrase :
"L’abbé donne deux idées"
Il me parait improbable que Max soit passé a coté de l’interprétation possible suggérant que l’énigme "B" donne deux choses? Qu'en penses-tu ?

Ma réponse suit directement sa question. Il me paraît à moi aussi peu probable que Max soit passé à côté de la lecture homophonique : « L'ABBÉ DONNE 2 IDÉES » => « LA B (= L’ENIGME B) DONNE 2 IDEES». Si cette lecture est correcte, il y a donc deux idées à tirer de la B. La première est évidente (l’ordre de décryptage des énigmes). Mais la seconde est par contre difficile à cerner.

En repensant à cet abbé qui donne deux idées, je me rends compte qu’il existe une autre façon de l’interpréter. Cette lecture-ci n’a plus rien à voir avec l’énigme B, mais je vais quand même la présenter ici, pour rester dans la continuité de la discussion précédente.

Plutôt que de lire « la B donne deux idées » et de filer vers l’énigme B, on peut rester dans l’I.S et dans la logique de son code de cryptage, où le « L » de l’abbé n’est pas rattaché à « abbé » mais à « dévot ». Puisque « DÉVOT, L'ABBÉ DONNE 2 IDÉES » se décompose en deux équivalences : « D vaut L », soit « D = L », et « AB donne 2ID », soit « AB = BID ». C’est donc « AB » qui équivaut à « deux idées ». La table de décodage complète compte six équivalences :

R = AG
D = L
AB = BID
O = LIE
LA = K
N = MENT

On sait que si l’on retient les six initiales de la colonne de gauche, on obtient les lettres « R D A O L N », soit, une fois remis en ordre, « ROLAND ». Se contenter de prendre les initiales laisse deux lettres inutilisées dans la colonne de gauche : un A et un B.

Tiens donc ! Le groupe « AB » ! Mais la table de décodage ne nous dit-elle pas justement « AB = deux idées ». Autrement dit, si l’on prend en compte toutes les lettres de la colonne de gauche : « Roland (donne) deux idées » !

Qu’il faut bien sûr comprendre dans le contexte de cette I.S, c’est-à-dire celui des trois rendez-vous en mer cantabrique.

Alors évidemment le problème de l’identification de ces deux idées se pose de nouveau (même si c’est cette fois dans un autre contexte que celui de la B). Personnellement j’ai une bonne explication pour la première idée, et je suis sur une piste pour la seconde.

Je ne dis pas que cette lecture de « l’abbé donne deux idées » est forcément la bonne. Mais je la trouve assez séduisante, car elle est à la fois logique et conforme aux décryptages (en tout cas aux miens).

Si l’on retient cette vision des choses, l’allusion à « la B qui donne deux idées », serait un leurre, comme l'est Jacques Cœur dans l’I.S. « DE CETTE OUVERTURE EST NE UN COEUR ». Il n’y a certes pas de fausses pistes, ni de pièges au sens strict, dans les I.S., mais il peut y avoir des leurres, c’est-à-dire qu’elles peuvent permettent des interprétations erronées. En effet certaines I.S. sont limpides, mais d’autres doivent être interprétées. Et Max a reconnu que ces dernières peuvent induire en erreur.


Amitiés

Méréviel
martisor
Harfang
Messages : 783
Enregistré le : 20.01.2013
Méréviel a écrit :Si l’on retient cette vision des choses, l’allusion à « la B qui donne deux idées », serait un leurre, comme l'est Jacques Cœur dans l’I.S. « DE CETTE OUVERTURE EST NE UN COEUR ». Il n’y a certes pas de fausses pistes, ni de pièges au sens strict, dans les I.S., mais il peut y avoir des leurres, c’est-à-dire qu’elles peuvent permettent des interprétations erronées. En effet certaines I.S. sont limpides, mais d’autres doivent être interprétées. Et Max a reconnu que ces dernières peuvent induire en erreur.
Amitiés

Méréviel


C'est jouer sur les mots. Un leurre est un leurre, ça veut bien dire ce que ça veut dire. Aucune différence
avec une fausse piste ou un piège. " Pouvant induire en erreur " est plus nuancé, dans la mesure où
le danger viendrait principalement d'une mauvaise interprétation de l'IS par le chercheur. Le leurre a un
caractère intentionnel indéniable. Il n'est donc pas concevable de penser " la B donne deux idées " en
terme de leurre, sauf à remettre en question aussi le madit disant qu'il n'y a pas de fausses pistes dans
les IS. C'est du moins comme ça que je comprends la chose.

Par contre j'avoue ne jamais avoir compris comment on passait de « AB donne 2ID » à « AB = BID »
C'est sûrement tout bête, mais des fois... :pigepas:
Avatar de l’utilisateur
Djer
Harfang
Messages : 654
Enregistré le : 25.06.2012
Localisation : Sur la SS + Rédaction de mes solutions au propre
La B donne 2ID:
- la somme. Le blanc étant la somme des longueurs d'onde des couleurs.
- la rotation. Le cercle chromatique faisant apparaître le blanc une fois en rotation.

Amitié Djer.
"JE MAINTIENS QU'UN GROUPE D'ADOLESCENTS DEBROUILLARDS A TOUTES SES CHANCES." MAX
"TOUT EST DANS LE LIVRE." MAX
"LE SYMBOLISME EST PROPRE AU JEU" synthèse ZARQUOS
martisor
Harfang
Messages : 783
Enregistré le : 20.01.2013
Djer a écrit :La B donne 2ID:
- la somme. Le blanc étant la somme des longueurs d'onde des couleurs.
- la rotation. Le cercle chromatique faisant apparaître le blanc une fois en rotation.

Amitié Djer.



Oui, très juste ça...

Tiens ça me donne une idée, je vais essayer sur l'énigme d'euréka...
Avatar de l’utilisateur
Méréviel
Harfang
Messages : 620
Enregistré le : 05.06.2009
martisor a écrit :C'est jouer sur les mots. Un leurre est un leurre, ça veut bien dire ce que ça veut dire. Aucune différence
avec une fausse piste ou un piège. " Pouvant induire en erreur " est plus nuancé, dans la mesure où
le danger viendrait principalement d'une mauvaise interprétation de l'IS par le chercheur. Le leurre a un
caractère intentionnel indéniable. Il n'est donc pas concevable de penser " la B donne deux idées " en
terme de leurre, sauf à remettre en question aussi le madit disant qu'il n'y a pas de fausses pistes dans
les IS. C'est du moins comme ça que je comprends la chose.

Je reconnais que l’on joue un peu sur les mots. Mais est-ce de ma part ou de celle de Max ? On peut se réconcilier avec les madits en remplaçant « leurre » par « possibilité d’interprétation erronée ». C’est moins dur. Mais ne faut-il pas appeler un chat un chat ?

Je ne peux pas croire que lorsqu’il a choisi les termes de l’I.S. « DE CETTE OUVERTURE EST NE UN CŒUR », Max n’ait pas soupçonné, ni même recherché, l’allusion malicieuse à Jacques Cœur (portée bien haut par les trois mots « Ouverture », « né » et « Cœur »). Mais si Jacques Cœur est bien né A Bourges, il n’est pas né DE Bourges. Il y a donc dans l’I.S. elle-même le moyen de faire le tri entre le vrai et le faux. Et retenir l’option Jacques Cœur peut être qualifié de « mauvaise interprétation ». Cependant il n’en reste pas moins vrai que (à mon sens) cette option Jacques Cœur est bien un leurre, pour ne pas dire un (petit) piège.

Compte tenu de ce que nous montre cette I.S. du Coeur, je ne peux pas écarter la possibilité que le segment « l’abbé donne deux idées », qui permet plusieurs lectures, puisse lui aussi comporter un « piège » de même nature. Faut-il lire « la B donne deux idées » ou bien « AB donne deux idées », menant à « Roland donne deux idées » ? Ou bien les deux à la fois, ou ni l’un ni l’autre ?

La question est ouverte. Mais à mon avis, vouloir l’aborder en considérant par principe qu’il n’y a pas de piège (au sens que l’on donne classiquement à ce mot) dans les I.S. serait dangereux. Pour répondre à la question que je posais au début de ce post, je pense que c’est bien Max qui joue sur les mots, quand il veut nous faire croire que si mauvaise interprétation d’une I.S. il y a, c’est toujours de la seule responsabilité des chercheurs, et que lui n’y est pour rien…


Amitiés

Méréviel

P.S. : On passe de « 2ID » à « BID » parce que le « B » est la deuxième lettre de l’alphabet.
martisor
Harfang
Messages : 783
Enregistré le : 20.01.2013
Parceque je viens de m'apercevoir de ça sur un autre fil, en rapport avec AB donne BID (?!)
C'est la liste des villes numérotée par Bioposis

EPERNAY = 4
FORBACH = 5
JARNAC = 9
HERICOURT ou CHERBOURG = 7 ou 2
ISSOIRE = 8
GERARDMER = 6
BOURGES = 1
DIEPPE = 3
ANGERS = 0

BID correspond à BOURGES ISSOIRE DIEPPE, soit 183, qui après permutation donne 813
Or 813 est le nombre caché dans la suite 71721075. 813, " que la lumière soit ". N'est-ce
pas précisément le sujet de notre énigme B ?

Si quelqu'un pouvait juste me dire comment on passe de AB donne 2ID à AB=BID...
Avatar de l’utilisateur
Méréviel
Harfang
Messages : 620
Enregistré le : 05.06.2009
martisor a écrit :Si quelqu'un pouvait juste me dire comment on passe de AB donne 2ID à AB=BID...

Je viens de le faire...

Amitiés :bougie:

Méréviel
martisor
Harfang
Messages : 783
Enregistré le : 20.01.2013
Méréviel a écrit :Compte tenu de ce que nous montre cette I.S. du Coeur, je ne peux pas écarter la possibilité que le segment « l’abbé donne deux idées », qui permet plusieurs lectures, puisse lui aussi comporter un « piège » de même nature. Faut-il lire « la B donne deux idées » ou bien « AB donne deux idées », menant à « Roland donne deux idées » ? Ou bien les deux à la fois, ou ni l’un ni l’autre ?

Amitiés

Méréviel

P.S. : On passe de « 2ID » à « BID » parce que le « B » est la deuxième lettre de l’alphabet.



Mais j'aime beaucoup aussi le décryptage donnant Roland à partir de cette IS ! Disons que je considère
que TOUTES les pistes issues de cette IS sont à prendre en considération, chaque approche apportant
son lot d'éléments indispensables, sans avoir à craindre de leurre.

Merci pour l'astuce sur les 2ID... :suer:

Désolé, je suis un peu lent à répondre

:alatienne:
strixaluco
Chevêchette
Messages : 5
Enregistré le : 26.10.2011
Et si c'était beaucoup plus simple

Image

Retourner vers « B »

Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés : Bing [Bot]