Voynich

Annonces concernant les autres chasses au trésor, en cours ou à venir.
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Voynich Messagepar marc » 07 mars 2015 à 08:44
Une récente affaire de vérité sortant d’un puits arabe va peut-être me permettre de faire progresser l’étude des codes voyniches.
N’ayant pas la prétention d’être plus savant que des chercheurs comme Benett, FSG, Currier, Carboniser, Frogguy, EVA et v101, je vais conserver leur alphabet.
La page 81 fait face au folio 78. Je pense que la lecture, donc le déchiffrement, débute avec la série des femmes nues, comme la vérité, et à l’origine de tout. Je choisis ces pages car la lettrine du texte comporte 3 inclusions dans sa boucle.
3 est un nombre qui me semble très important dans ce codex.
Si on regarde l’herbier, par exemple, les plantes sont toujours composées d’une racine, de feuilles et de fleurs. Et chacun de ces composants apporte une clef. X racines, Y feuilles et Z fleurs, qui sont des codes spécifiques à chaque pages.

On y voit une série de 22 femmes blanches nues dans 3 baignoires d’eau verte reliées par des canalisations à l’initiale du premier du texte.
Une des baignoires comporte 7 fenêtres bleues qui sont dominées par un groupe de 3 femmes.
Ces dernières regardent toutes vers le début du texte et ont chacune un visage différent.
En résumé : 3 couleurs, Vert, Blanc, Bleu et une série de femmes ainsi présentées : (3+6)+6+7 = 22.
L’initiale du texte est un P particulier qui comporte 4 codes inclus dans 2 de ses boucles. Soit 3, 1.

Mon idée : Entre VERITAS (la Vérité) et VIRITIS (Vert) il n’y a que 2 lettres de différence, EA / II.

Voici les 3 premières du folio 78 :

pykedy.olfchedy.qokedy.spchy.chedy.rol.dor.ofchedy.qokedy-
olshedy.qokedy.r shedy.cth dy.otedy.kedy.dal.dal.dol.oty.dal-
qokedy.chety.qolshedy.okedy.dol.ees.ol chey.qotedy.ol.dam-

On remarque qu’un segment terminal de 3 lettres est surabondant, 15 edy. EDY = ●.

pyk●.olfch●.qok●.spchy.ch●.rol.dor.ofch●.qok●-
olsh●.qok●.r sh●.cth dy.ot●.k●.dal.dal.dol.oty.dal-
qok●.chety.qolsh●.ok●.dol.ees.ol chey.qot●.ol.dam-

Remplaçons ces ● par des E :

1 : pykE.olfchE.qokE.spchy.chE.rol.dor.ofchE.qokE-
2 : olshE.qokE.r shE.cth dy.otE.kE.dal.dal.dol.oty.dal-
3 : qokE.chety.qolshE.okE.dol.ees.ol chey.qotE.ol.dam-

Sur les pages, il y a ainsi 86 + 59 = 145 E (edy)
Beaucoup de segments sont proches, à une lettre près.

4 :ol.chy.lshdy.lcheckhy.ol.keE.lcheckhey.lolkE.kai!n.ol-
5 :qor.olkeey.olkai!n.ol.eesey.ol.cheeky.dar.okal.dal.olchE-
6 :ety.okeey.or.sheey.ykeey.loeey.qokai!n.okE.qokE.qol-
7 :otor.y!shE.otE.shE.qokeE.qokE.otar.otE-
8 :qokE.otE.qokain.oteE.qokeE.dar.okE.dkE.dai!n-
9 :y!cheol!k.ol!keE.qoke!dy.ol.chedol.okeE.qotE.ror.arol-
10 :dshE.qokE.or.shE.pchE.qok!chdy.okE.opchE-
11 :qol.chE.qol.okeey.ykal.ol.chdy.qokain.chcthy.daiin-
12 :sheo!r.ol.qokaiin.shckhy.otaly.qol!sheey.qokal.sai!n-
13 :dchokol.chE.qokE.qokey.qol.chE.qokeE.lchey-
14 :qolkeshdy.qol.shE.olkE.okol.chE.qokain.dal-
15 :cheey.qol.chE.qokey.or.cheef.chckhey.tedy.qokE.lr-
16 :lshey.r!shE.d.qokE.okey.lchE.qokdy.daiin.oly-
17 :qol.sheE.qol.lcheol.lchdy.dchdy.da.qor.ol.kal.dy-
18 :chE.shckhy.qokE.dal.l!shckhy.qol.qol.oteE.qor-
19 :l!chE.ol.chedar.shE.lor.shedaldy.orai!n=
20 :qofcheol.opchE.qokai!n.opchE.lchey.cphar.ol.okalor-
21 :chE.l!shE.olshE.otaiin.ol.qokar.shE.yteE-
22 :o!kal.shey.ol.shE.okal.okchey.okeol.olchE.qol-
23 :qol.chE.okeshy.qoteE.okeE.olshE.qokE!dy-
24 :ytaiin.shE.ol.sheE.olshdy.shey.kshdy.shol.kE-
25 :teeol.olkeshey.qolcheol.ol.or.sheckhE.or.ol.sham-
26 :qokaiin.or.sheE.otai!n.ol.shE.sol.fchE.otaldy-
27 :l!ol.kar.shr.r.ol.ols.sheey.ol.chE.oltar.olkaiin-
28 :olkai!n.shey.qokey.okar.ol.oteE.chcthy.los.aiin.d-
29 :lchE.otchey.qol.chE.lr.al.s.aiiin.ol.shE.ary-
30 :s!al.shol.s!ai!n.sheety.or.oiiin.okal.oltal.qokar.ary-
31 :sor.ar.or.dchor.otaiin.otai!n.ytE.olshdy.shol.kal-
32 :lol.cheor.sheol.dy.qokar.otalor=………………………………….86 E.

Page 81:
1:p!!!olchey.qokE.shol.opchE.olpchE.ofshdy.oly-
2:dchey.lshl.olched.qokol.chol.otar.chE.oky-
3:qotey.l!chees.olkal.ol.chE.okar.shE-
4:dchE.qokai!n.ol.ol.chcthy.ykeE.al-
5:qol.cheol.okeey.ol.ol.ol.aiin.ol.or!ai!n-
6:s!ar.ol.eses.oteey.shor.qokeey.ol-
7:dshees.okai!n.chcthy.otey.okai!n-
8:p!!!chE.qokeey.oty.qotey.oteey.oly-
9:qoteesy.qotE.qokeE.chcphey-
10:chol.dai!n.otE.cheey.qotai!n.ly-
11:ol!sheol.olkE.sheckhE.ol!tE-
12:y!chE.tE.ol.sheE.qokeey.loly-
13:dchol.shE.qotE.qol.chE.chety.ry-
14:qokechE.qol.sheE.or!ai!n.arol.oeeE-
15:s!ai!n.ol.cheE.qokeE.otE=
16:p!!!olchdy.qopchol.qokor.olpchE.opol.oroiry-
17:y!checthy.okeE.shey.qokE.ol.o!chedar-
18:osheE.shE.ol.shE.okeE.orar-
19:qokE.sheE.chE.qoteE.ol!am-
20:qopchE.qol.chE.qokeey.o!daiin.rai!n.daly-
21:dshE.qokal.olkeey.oteey.olshey.otey.lol-
22:qotal.chE.qol.ol.daiin.ol.chedar.ol.oly-
23:chey.okai!n.!!sheckhy.soiin.chey.lchey=
24:p!!!ar!ody.shecphy.cheol.qotal.dar.otE.oly-
25:sar.shE.qol.!otai!n.okais.okal.chE.dy-
26:p!!!chE.qokey.oteol.qol.sheor.shE.qcthdys-
27:sal.chE.qokE.olkE.dol.qokchE-
28:qokesdy.chE.qokar.chey.taiin.otey.lchl-
29:y.sheE.shy.chey.l!chcthy.ytar.olkaiin.ol-
30:l.shE.qokE.sor.olkar.ol!kaiin.ol!kshdy-
31:sol.shE.ol.lchE.shE.shy.olkE.ches.ar.or.oraiiin= ……59 E.
145 E, c’est énorme comme proportion pour 63 lignes.


Image
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Re: Voynich Messagepar marc » 07 mars 2015 à 10:50
VERITAS = VIRITIS II, suite :
Les 7 fenêtres bleues apportent la lumière au groupe de 3 femmes qui le domine. Au pluriel, la 7ème lettre de FEMINAE est un E.
EDY = E. 3 = 1.Deux lettres sont donc, non pas fausses, mais inutiles, ajoutées.
Gamin, je baragouinais le javanais. Cet argot qui introduit une syllabe parasitaire.
Dire que le codex Voynich est en javanais peut paraître audacieux, mais je vais poursuivre sur cette voie inexplorée.
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Re: Voynich Messagepar marc » 07 mars 2015 à 16:47
Si on utilise un simple code alphanumérique, 9 + 6 + 7 = 22, 22 Femmes codent le V de Veritas ou de Viritis.
Comme cette série va dans la lettrine, on a le choix entre chercher 22 Feminae dans le texte ou retrouver ces 3 codes inclus dans l’initiale P elle-même.
Les 3 codes qui sont à l’intérieur de cette boucle n’ont jamais été traduits. Les spécialistes les repèrent !!!.
Si dans P, 9, 6 et 7 sont alphanumériques ont débouche sur P IFG ●?.
Il y a 6 P!!! dans le texte.
Si ces 22 femmes ne servent qu’à la substitution du P par V et que le code à insérer dans l’initiale est le nombre de E (edy) de celui-ci, 145.
La recomposition alphanumérique donne V ADE + ●?.
VADE de vadere = va d’aller.
Comme il y 6 ‘’VADE’’ dans le texte, 6 directions sont alors possibles. Le ‘’●?’’ égalerait peut-être une numérotation de folio.


Image
Avatar de l’utilisateur
Bioposis
Hulotte
Messages : 2775
Enregistré le : 21.02.2012
Localisation : Région Bordelaise (vers le Bassin)
Re: Voynich Messagepar Bioposis » 07 mars 2015 à 20:51
Bonjour marc

Quant à la fréquence des lettres, les "e" ne sont si redondants que cela, après un rapide calcul ils représentent environ moins de 9% des lettres et moins de 5% de l'ensemble des caractères alors que dans notre langue le "e" a une fréquence de 15% !

A plus :alatienne:

Alain
530 : I'll be back
780 : les pieds je les mets où je veux ! Et le plus souvent c'est dans la gueule !
470 : tu me fends le coeur !
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Re: Voynich Messagepar marc » 07 mars 2015 à 21:22
Certes, mais j’ignore encore si le texte est en latin ou en italien.
La fréquence des E en lettres terminales m’étonne. Je m’attendais à des US, UM ou A. Ce E final ne devrait guère concerné que des féminins pluriels. AE.
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Re: Voynich Messagepar marc » 08 mars 2015 à 07:17
Autre possibilité :
3 FEMINAE sur 7 FENESTRAE :
3ème lettre de FEM, M sur 7ème de FENESTR, R → F = M. → FERINA.
Ferina de ferinus = Sauvage. = aussi venaison.
Mais FER in A, FER en A donne un code triple à A. Soit A = 29 = 6 + 5 + 18.
A = ainsi 3 lettres. On retrouve l’idée de base 1 = 3.
Nota : La page 3 présente une plante à 27 feuilles et 9 racines. 3 fois 9.


Image
mblond
Epervière
Messages : 419
Enregistré le : 29.06.2014
Localisation : 77 Eurodisney
Re: Voynich Messagepar mblond » 08 mars 2015 à 11:40
@marc

Le manuscrit semble avoir été partiellement décodé par Stephen Bax un linguiste. Il est parti du principe que les plantes dessinées étaient de vraies plantes. Il a cherché pour les planches les plus caractéristiques de ces plantes quelles étaient les noms anciens des plantes et il est parti du principe que le nom de ces plantes devaient se trouver au début du paragraphe.
Et cela semble marcher pour les plantes qu'il a choisi.

Je te laisse te faire ta propre idée sur le sujet en regardant la vidéo suivante très intéressante :

https://www.youtube.com/watch?v=fpZD_3D8_WQ

Peut être en tireras tu quelque chose.

Le site de Stephen est actuellement en maintenance, mais il est aussi intéressant.
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Re: Voynich Messagepar marc » 08 mars 2015 à 12:19
Merci beaucoup mblond, je vais écouter attentivement.
Pour l’instant, je poursuis mon idée.
……………………………………………………………………………………………..
Une hypothèse épouvantable :
Le manuscrit Voynich ne devait pas être traduit (Il ne l’est toujours pas de nos jours. Et beaucoup pensent qu’il ne veut rien dire, tellement il est compliqué). Pourquoi tant de précautions ?
On a beaucoup parlé de la Ste Inquisition qui, à la moindre suspicion d’hérésie vous conduisait directement de la torture au bûcher. Mais ce n’est pas suffisant, à mon sens, pour qu’un herboriste de l’époque, certes un peu alchimiste, se réfugie derrière un rempart aussi infranchissable que ses écritures secrètes.
Il peut y avoir une raison beaucoup plus diabolique.
Si la traduction FEMINAE / FERINAE s’avère, ces 22 femmes ne sont plus que du gibier, de la viande sauvage. Et là, l’eau des 3 baignoires n’est plus verte, mais dangereusement rouge. Et c’est du sang qui s’écoule dans la tuyauterie !
Imaginons un instant un Gilles De Retz italien ou peut-être même, son âme damnée, Franco Prelati, un sadique voulant dissimuler ses vices, écrivant les archives de ses méfaits. Son herbier ne servirait pas à classer d’innocentes plantes médicinales, mais à dresser la liste de ses malheureuses victimes. Ce codex serait une mémoire fleurie des atrocités de ce Barbebleue.
Cette hypothèse semble déraisonnable, et pourtant, la plante du folio 52 V est ambigüe.

11● remplacent les 11 cho du texte.

Folio 52 Verso
1 :p●r.chcphol.cphaii!n.otcheor.ytor.ko!l.●cphor-
2 :ytchey.●l.ctho!daiis.shy.kor.ese●r.chy.dam-n
3 :oor.●r.●char.ls.chteeor.ytol.sheol.otam-
4 :t●r.ctheor.ctheol.cheeor.cheol.chckheey.sody-
5 :yteey.cthor.cheor.cpheodor.dy-sarg-
6 :qotodaiin.cthor.oty.k●ly=
7 :pcheol.sholoiin.ctho!r.aiin-
8 :kodaiin.cthy.qokeey.s.ol-
9 :daiin.ckheol.●l.qokeyl.daiin-
10 :yokeey.qokody.●l.sol!s.aiin-
11 :daiin.shor.qodaiin.ckhey.sal-
12 :qoekar.ckhol.yk●dy.ckhy-
13 :ykor.okaii!n.ckheeey.daiim-
14 :odar.cheokor.ckheey=………………………………………………11 cho.

Plusieurs segments sont très proches du cho, à une lettre près. Cpho, cheo,ctho.
Très étranges, ces séries de répétitions.

En latin, la racine, Bulbus = Volvus.
Remarquer l’étrange forme de celle-ci qui dessine un cercle.



Image
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Re: Voynich Messagepar marc » 09 mars 2015 à 00:36
Le folio F 2 V semble le plus simple :
On y voit une plante n’ayant qu’une racine (Un rameau), Une seule feuille et une fleur unique. 1 + 1 + 1 = 3.
Cette feuille dessinerait un C épais renversé dont le code alphanumérique est 3.
1 :kooiin.cheo.p●chor.otaiin.o.dain.●chor-dair.shty-
2 :k●cho.kchy.sho.shol.qot●cho.loeees.qoty-●chor.daiin-
3 :otchy.●chor.lshy.●chol.●chody.●chodain-chcthy.daiin-
4 :sho.●cholo.cheor.●chodaiin=
5 :k●chor.shy.daiiin.chckhoy-s.shey.dor.●chol.daiin-
6 :dor.●chol.●chor.●chol.keol.chy.chty-daiin.ot●chor.chan-
7 :daiin.●chotchey.qoteeey.●chokeos-chees.chr.cheaiin-
8 :●chokoishe.●chor.cheol.●chol.dolody= ……22 cho

Une telle concentration de cho, 22, est vraiment extraordinaire en 8 lignes. C’est vraiment trop.
C est l’initiale de cho.
Il semblerait donc que les simples codes alphanumériques aient bien été utilisés.

Cette planche est la 3ème dans l’ordre. Elle est précédée par F1 verso et F2 recto. Ayant pour initiale c, j’en conclue que F1r et F2r la précédent. Donc que leurs initiales sont A, B ou C. Les plantes ou les femmes seraient donc rangées par rang alphabétique.


Image
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Re: Voynich Messagepar marc » 09 mars 2015 à 11:16
Il existe un lien certain entre le manuscrit de Voynich et le Codex Séraphinianus.
J’ai mis longtemps à comprendre que Marcel Proust y cachait Albert Camus.
Mais c’est du mariage Femme + Homme que je m’inspire (rare jeu en français).
Tout le monde y voit un crocodile alors que c’est le lit à 4 pattes qui en est la finalité, la FORME.
Le nombre 22 de la série des Femmes est alors le code alphanumérique V de VIRGINES, les vierges.
Les 7 fenêtres apportent la lumière avec le code 7 du G de VirGines.
Les 3 VIR-gines coupent leur nom à ce G.
Dans VIRGINES, il y a VIRI, les Hommes, en 4 lettres.
VIRI est dans VIRGINES, et dans VIRITIS.


Image
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Re: Voynich Messagepar marc » 10 mars 2015 à 00:05
Image

La lettrine se complète ainsi en PRIVI pykedy.
PRIVO = Je mets à l’écart, j’isole. Privus,i, ≈ Sans.
Il faudrait écarter les lettres pykedy du folio 78.
Face à lui, folio 81, 5 autres initiales P allongées sont présentes :
Polchey, pchedy, polchdy, pchedy et par!dy.
Si on retire tous les y, k, e et d du texte, celui-ci se réduit à (5 premières lignes):

1 : p.olfch.qo.spch.ch.rol.dor.ofch.qo-
2 : olsh.qo.r sh.cth .ot..al.al.ol.ot.al-
3 : qo.cht.qolsh.o.ol.s.ol ch.qot.ol.am-
4 :ol.ch.lsh.lchch.ol..lchch.lol.ai!n.ol-
5 :qor.ol.olai!n.ol.s.ol.ch.ar.okal.al.olch-

Si je retire aussi p, o, l, c, h, a, r et ! inconnu, il ne reste plus grand chose dans cette peau de chagrin :

1 : .f.q.s....f.q-
2 : s.q.r s.t .t.....t.-
3 : q.t.qs...s..qt..m-
4 :..s......i!n.-
5 :q..i!n..s...r...-

Invraisemblable.
Maintenant, les 5P du recto 81 ne portent pas de codes dans leur boucle allongée.
Si on compare PRIVI et pykedy, il manque une lettre pour que leur longueur soit égale. Mais on peut envisager I = y.
Privés de ?. Il manque un élément, ou quelque chose est en trop….
Il serait préférable de dire PRIVIS, tu écartes. Souvent les auteurs d’arcanes s’adressent directement à leur lecteur.
Ex : VIRGINES moins G = VIR IN ES, homme tu es dedans (la lettre P).
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Re: Voynich Messagepar marc » 10 mars 2015 à 15:55
Image

Cette seconde planche est très intéressante car elle cache un nombre dans sa racine, 19 et 19 inversé. Soit 38, codes de C H.
Dans son texte, on retrouve 10 fois le segment ‘’cho’’(qui est présent 22 fois sur la page suivante et 16 fois sur la première planche).
6 feuilles vertes et 3 floraisons.
Les feuilles sont terminées par 5 pointes et l’une d’elle est annotée ytoain. 5 fois 6 = 30.
Les 3 fleurs valent 2. Leur valeur est donnée par le numéro du folio qui est à droite de l’une d’elle. 2 fois 3 + 2 = 8.
30 + 8 = 38, et on retombe sur le nombre de la racine qui code ch.
Chez les romains, la chondrille était une plante médicinale prisée.
D’une manière générale, chole = bile.
On peut trouver là l’usage de PRIVI. CHO ‘’privés’’ de LE.
Nota : Il y a 17 ch sur ce folio 2, pour 10 cho. Et 34 ch sur le folio 3 pour 22 cho.
Nota : 38 = nb de lettres de la 1ère ligne.
marc
Dryade
Messages : 1588
Enregistré le : 01.02.2013
Re: Voynich Messagepar marc » 11 mars 2015 à 01:09
Image

14 Feuilles vertes, 12 feuilles jaunies.
Floraison unique.
Les chercheurs les plus sérieux, parmi les partisans de l’herbier médicinal, ont cru voir dans cette plante imaginaire, Atropa Belladona, Hyoscyamus Niger, Solanum Dulcamara ou solanum Nigrum.
Pour ma part, je pense qu’il s’agit plutôt d’Acanthus mollis.
Pour moi cette série de flore classe alphabétiquement les plantes.
Mais surtout, la racine représente 3 pattes griffues d’ours.
Et branca ursinae, la patte d’ours est notre berce populaire, l’ACANTHE.

Parmi les pots de faïence et albarelles de nos anciens apothicaires, les noms d’identifications des simples sont parfois abrégés quand ils sont trop longs pour le cartouche facial.
Ce pourrait être le cas dans ce codex. Des noms latins de plantes médicinales abrégés.
Ce qui conduit à envisager un chiffrement par transpositions. Il reste à en découvrir la clef, qui peut-être n’existe même pas. L’auteur s’adressant à des confrères l’aurait jugé inutile.

Cette planche étant la première de la série des plantes, elle devrait donner la méthode de traduction des suivantes. On remarque que :
Une fleur = A, 14 feuilles vertes – 12 feuilles jaunies = 2, B, racine triple → A B C.
AB pouvant être la préposition, Ab C = au moyen de C, à l’aide du C.

Retourner vers « Autres chasses au trésor »

Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés : Bing [Bot], Google [Bot]